Diversité raciale et ethnique dans les conseils d’administration des entreprises américaines – Progrès depuis 2020


 

Voici un texte publié par Subodh Mishra, directeur général de Institutional Shareholder Services (ISS), le  jeudi 21 juillet 2022. L’article illustre les changements significatifs positifs eu égard à la diversité raciale et ethnique dans les conseils d’administration au cours des deux dernières années.

L’article présente plusieurs tableaux très explicites, ce qui ajoute à la valeur de celui-ci.

Je vous invite à lire la version française de l’article, publiée sur le Forum de Harvard Law School on Corporate Governance, effectuée par Google, que j’ai corrigé. Ce travail de traduction est certainement encore perfectible, mais le résultat est très satisfaisant.

Bonne lecture !

L’été 2020 a marqué un tournant dans la promotion des initiatives de diversité et d’inclusion des entreprises. Le meurtre tragique de George Floyd et les réactions qui l’ont suivi ont entraîné des demandes d’égalité raciale et de mesures antiracistes qui ont retenti dans le monde entier, y compris dans le monde de l’entreprise.

Par la suite, de nombreuses entreprises se sont engagées à faire leur part pour lutter contre les inégalités et, de même, de nombreux investisseurs ont commencé à réfléchir sérieusement à leurs politiques de diversité raciale et ethnique. Certains investisseurs ont adopté ou renforcé leurs politiques de vote par procuration exigeant une plus grande transparence de la part des sociétés de leur portefeuille concernant les informations sur la diversité raciale et ethnique, estimant que ce qui ne peut être mesuré ne peut être géré. D’autres ont adopté des exigences explicites sur la diversité des conseils d’administration sous la forme d’un nombre absolu minimum ou d’un pourcentage de sièges au conseil d’administration attribués à des candidats aux postes d’administrateurs de diversité raciale/ethnique. Comme le montrent les données sur la diversité des conseils d’administration d’ISS, il y a eu des progrès visibles depuis 2020 dans le nombre d’administrateurs de diverses races/ethnies dans les conseils d’administration des entreprises américaines,

En prenant un point de mesure à la fin de chaque saison de procuration aux États-Unis, deux ans plus tard, les résultats montrent une augmentation de la diversité raciale/ethnique dans les conseils d’administration américains, tant pour les grandes que pour les moyennes capitalisations. Le graphique ci-dessous montre que le pourcentage d’entreprises du Russell 3000 sans diversité raciale/ethnique au sein de leur conseil d’administration est passé de 38 % en 2020 à 10 % en 2022. Le pourcentage d’entreprises comptant un administrateur de diversité raciale/ethnique a légèrement augmenté de 32 % en 2020 à 35 % en 2022. De plus, le pourcentage d’entreprises comptant au moins deux administrateurs de diverses races/ethnies est passé de 29 % en 2020 à 55 % en 2022.

Comme le montre le graphique suivant, l’année 2022 a établi un record en étant la première année où toutes les sociétés du S&P 500 comprenaient au moins un administrateur de diversité raciale/ethnique, le nombre de conseils d’administration non diversifiés du S&P 500 passant de 11 % en 2020 à 5 % en 2021 et zéro en 2022. Un record de 36 % des entreprises du S&P 500 a désormais trois administrateurs de diverses races/ethnies à leur bord. Et 31 % des entreprises ont quatre administrateurs de diverses races/ethnies.

Au cours de la période allant de 2020 à la mi-2022, le taux global d’augmentation de la diversité raciale/ethnique des conseils d’administration de l’indice S&P 500 a doublé, tandis que l’indice Russell 3000 a évolué à un rythme encore plus rapide (voir le graphique ci-dessous).

Cependant, le rythme des progrès a été inégalement réparti. La diversité du conseil d’administration de l’indice S&P 500 a montré le moins de progrès pour les administrateurs s’identifiant comme hispaniques/latino-américains par rapport à leur part de la population américaine au sens large (voir le graphique ci-dessous). Selon le recensement effectué le 1er avril 2020, les personnes classées comme « hispaniques ou latinos » représentaient 18,5% de la population américaine, mais n’occupaient que 5% des sièges au conseil d’administration du S&P 500.

Pour l’indice Russell 3000, en 2022, les administrateurs noirs/afro-américains et hispaniques/latino-américains occupaient respectivement 6 % et 3 % du nombre total de sièges disponibles au conseil d’administration (voir graphique ci-dessous). Alors que les deux groupes ont enregistré des progrès par rapport aux années précédentes, les composantes de l’indice Russell 3000 ont pris un retard significatif par rapport à leurs homologues du S&P 500.

Conclusion

Les données sur la diversité des conseils d’administration d’ISS montrent les progrès qui ont été réalisés depuis le meurtre tragique de George Floyd en 2020. Cependant, de nombreux conseils d’administration ne reflètent toujours pas la diversité de leur clientèle ou la démographie de la société au sens large dans laquelle ils opèrent.

Bien qu’il y ait lieu de célébrer les progrès réalisés ces dernières années, de nombreuses entreprises devraient s’attaquer aux problèmes de diversité au sein du conseil d’administration – ainsi qu’à la diversité des suites dirigeantes, à l’équité de la main-d’œuvre et à la rémunération équitable – dans un avenir prévisible, car à long terme la trajectoire de nombreuses initiatives d’entreprise en matière de diversité et d’inclusion reste à voir.

%d blogueueurs aiment cette page :