Les CA doivent s’engager à offrir un salaire décent


Voici un article publié par Michael W. Peregrine, associé chez McDermott Will & Emery LLP, qui met l’accent sur le devoir des conseils d’administration de se préoccuper du salaire « vital » des employés.

L’article montre que nous sommes à l’heure des grands débats entourant les responsabilités sociales et environnementales (ESG-RSE) et, dans cette perspective, les conseils d’administration doivent devenir plus perméables à l’approche du « vivre ensemble ».

Les auteurs expliquent les changements réglementaires concernant la RSE, susceptibles de se produire avec l’arrivée des nominations de Biden à la SEC.

Je vous invite à lire la version française de la publication effectuée par Google, que j’ai corrigée. Ce travail de correction est certainement encore perfectible, mais le résultat est très satisfaisant.

Bonne lecture !

A Living Wage: The Latest ESG Challenge For Corporate Governance

The global Living Wage - Unilever's masterclass for ESG professionals

Les propositions et les pressions associées au paiement d’un « salaire vital » aux employés peuvent être à l’ordre du jour du conseil beaucoup plus tôt que ne le prévoient les dirigeants d’entreprise.

Longtemps considérés comme controversés du point de vue économique et actionnarial, les concepts de salaire vital reçoivent plus d’attention dans le contexte de la politique économique, de la responsabilité sociale et de l’investissement ESG. Alors que les perspectives progressistes concernant l’égalité des revenus et la rémunération des dirigeants et des employés sont de plus en plus courantes, les dirigeants d’entreprise devraient se préparer à un plus grand engagement dans cette importante conversation.

Le concept d’un salaire décent n’est pas un concept nouveau ; ce n’est pas quelque chose qui vient de surgir du cycle électoral de 2020. Il existe depuis un certain temps, remontant à certains égards à la Grande Dépression et, à d’autres égards, aux problèmes sociaux et du travail nés de l’époque de la révolution industrielle.

Il n’y a pas de définition spécifique et « universelle » du salaire vital. Il se réfère le plus souvent au niveau de revenu suffisant pour qu’un travailleur puisse subvenir aux besoins essentiels de la vie, tels que la nourriture, le logement, l’habillement et le transport — avec une petite marge pour faire face aux événements imprévus. On s’attend à ce qu’un salaire décent soit une base de référence pour un niveau de revenu qui permet à un travailleur d’atteindre un niveau de vie acceptable grâce à l’emploi, sans dépendre des programmes d’aide gouvernementaux. La formule de détermination d’un salaire vital évolue constamment en fonction de multiples facteurs, notamment la taille de la famille, la résidence et l’âge.

Dans leurs discussions, il est important que les chefs d’entreprise distinguent « un salaire décent » de concepts similaires tels que « salaire de subsistance » (par exemple, ce qui est nécessaire pour maintenir les fonctions biologiques) ; « salaire minimum » (par exemple, un niveau de salaire fixé par mandat du gouvernement) ; et « salaire justifié » (par exemple, un niveau de revenu qui reflète la dynamique du marché comme l’expérience de travail, l’éducation, les compétences et l’état de l’économie). Le potentiel de confusion n’est pas insignifiant.

La pertinence actuelle d’un salaire décent peut être attribuée à l’importance croissante accordée aux concepts de responsabilité sociale et à l’investissement axé sur l’ESG. En particulier, tant la Business roundtable que les positions publiques d’éminents gestionnaires d’actifs tels que BlackRock favorisent l’exercice des objectifs de l’entreprise en faveur d’un plus large éventail de mandants, y compris la main-d’œuvre organisée. En effet, BlackRock a spécifiquement appelé les entreprises à assumer une plus grande responsabilité pour aider les travailleurs à gérer leur retraite, la qualifiant de « pacte social ». Des thèmes similaires de l’égalité des revenus des employés sont promus par le Conseil pour le capitalisme inclusif avec le Vatican.

La Securities and Exchange Commission (SEC) a reconnu l’importance des thèmes de responsabilité sociale (par exemple, le capital humain, les droits de l’homme, le changement climatique) comme fondamentaux pour les marchés américains, au cœur des intérêts des investisseurs et méritant une plus grande divulgation. À cette fin, la SEC développe un cadre de divulgation pour les questions de changement climatique et envisage également de rendre compte ESG normalisé plus large au-delà de ceux relatifs aux risques climatiques.

Peut-être plus immédiat est l’accent mis par l’administration Biden sur l’égalité des revenus et les efforts pour résoudre le problème dans le contexte de son prochain plan économique. À ce stade, l’édition du 20 mars de l’article DealBook du New York Times a été consacrée à une discussion approfondie du débat sur la politique du salaire vital. Il convient également de noter que de nombreuses entreprises américaines de premier plan ont pris la décision positive d’augmenter leur salaire minimum à 15 dollars ou plus, sans doute certaines en réaction à la proposition d’augmentation du salaire minimum fédéral de l’administration Biden.

Tout cela rappelle aux dirigeants d’entreprise la distinction qui diminue rapidement entre ce qui est « bon » et ce qui est « rentable » et la nécessité qui en résulte d’embrasser la responsabilité sociale comme valeur d’entreprise. En effet, de nombreuses entreprises appliquent déjà un large éventail de politiques socialement bénéfiques, telles que celles relatives au bien-être des employés ; formation numérique ; maintien de l’emploi après la mise en œuvre de l’IA ; augmentation de la diversité des effectifs et de la direction ; et l’amélioration de la sécurité de la main-d’œuvre. Les initiatives d’égalité des revenus — que ce soit par le biais d’un salaire décent ou d’une proposition connexe — seraient une approche tout à fait cohérente.

Ce changement d’orientation réglementaire et politique sur la responsabilité sociale pourrait se produire plus rapidement que certains conseils ne l’avaient prévu. Le lien souvent articulé entre le profit et le but reste difficile à accepter pour de nombreux administrateurs. Et le concept d’un salaire décent peut être incompatible avec les objectifs financiers des entreprises, en particulier du point de vue de certains investisseurs.

Mais, il incombe au conseil de faire face à cet environnement social en évolution et à son impact sur la main-d’œuvre de l’entreprise. Et, il existe plusieurs façons simples d’accomplir cela ; par exemple, suivre le débat politique ; suivre l’évolution des propositions législatives ; suivre les efforts d’autres entreprises pour aborder l’égalité des revenus et la planification de la retraite ; engager des conversations directes avec les dirigeants du capital humain de l’entreprise ; élaborer un menu d’options de revenus/avantages possibles pour la main-d’œuvre.

Les communistes ne prennent pas d’assaut le rempart. Ce sont plutôt des questions de politique et d’objectif légitimes qui méritent l’attention du conseil. Ce ne sont pas que des questions opérationnelles à déléguer à la direction.

Les CA doivent s’engager en faveur des principes qui guident la RES.

Le développement durable au CA


Dans le cadre de son quinzième anniversaire, le Collège des administrateurs de sociétés (CAS) publiera quinze articles originaux sur des thèmes recoupant des problématiques de gouvernance dans les organisations.

Voici donc une introduction à la publication du cinquième article qui porte essentiellement sur le développement durable ; comment le conseil d’administration doit intégrer ces valeurs dans son fonctionnement.

La publication de Olivier Boiral, Ph.D., professeur titulaire du département de management de la FSA de l’Université Laval nous rappelle les raisons de se préoccuper du développement durable pour une gouvernance exemplaire des conseils d’administration.

Voici un extrait de l’article.

Les enjeux de DD et la façon d’y répondre peuvent être très différents selon les organisations en raison notamment de la spécificité de leurs activités. Cependant, les études empiriques sur le sujet et les recherches menées depuis une quinzaine d’années dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada sur l’internalisation du développement durable et la responsabilisation des organisations[1] permettent d’énoncer une douzaine de facteurs clés de succès qui sont trop rarement pris en compte par les conseils d’administration (CA). Ces facteurs clés de succès gravitent autour des quatre principaux rôles du CA (créer de la valeur et réduire les risques; supporter la stratégie et les bonnes pratiques; adopter des mécanismes de gouvernance efficaces; surveiller les résultats et leur divulgation).

Je vous invite à lire cet article sur le site du CAS.

Bonne lecture !

Le développement durable au CA? Quelques clés pour administrateurs et administratrices avisé(e)s

Collège des administrateurs de sociétés

Créer de la valeur à long terme avec les métriques RSE (ESG)


On accorde de plus en plus d’importance à la RSE (ESG) parce que l’on peut démontrer que l’entreprise crée de la valeur à long terme en s’appuyant sur les dimensions des responsabilités sociales des entreprises (RSE), telles que les ressources humaines, la sécurité, l’environnement, la culture et la diversité.

Notons que les investisseurs institutionnels exercent une pression croissante pour la gestion dans une perspective de long terme.

Le compte rendu de Erin Lehr, responsable de la recherche chez Equilar, est paru sur le Forum de Harvard Law School on Corporate Governance. Il montre que les grandes entreprises américaines ont de plus en plus tendance à lier la rémunération aux objectifs se rapportant à la culture et à la diversité.

L’auteur donne plusieurs exemples d’organisation qui réussissent à relever les défis de créer des objectifs mesurables auxquels elles peuvent associer la rémunération des dirigeants.

L’établissement de lignes directrices claires pour mesurer et récompenser les performances est essentiel lors de l’utilisation de mesures ESG dans les plans de rémunération des dirigeants.

Cela garantit que les dirigeants sont tenus responsables des questions liées à la culture, à la diversité, au capital humain, à l’environnement et à la sécurité et qu’ils considèrent ces questions comme essentielles à l’entreprise.

De plus, la divulgation de ces informations permet une plus grande transparence avec les actionnaires. À mesure que la saison de procuration 2021 s’accélère, attendez-vous à voir plus de divulgations dans l’ensemble, ainsi que plus de divulgations quantitatives, en particulier celles relatives à la culture et à la diversité.

Aux fins de cette étude, Equilar a examiné les déclarations de procuration les plus récentes des sociétés Fortune 100 au 1er février 2020. L’étude ne comprend que les sociétés ouvertes, dont 94 au total.

Bonne lecture !

Creating Long-Term Value With ESG Metrics

 

Equilar | Creating Long-Term Value With ESG Metrics

 

During the last few years, ESG has transformed from a buzzword into a priority in the corporate world. More recently, a plethora of events has accelerated this demand for corporate change and accountability—COVID-19, the resurgence of racial justice movements and climate change. Additionally, there is mounting pressure from institutional investors on this front. ESG measures, while in the past viewed as costly to the bottom line, are increasingly viewed as key for ensuring long-term success and sustainability. Corporations may also avoid additional costs related to turnover and lawsuits through ESG practices. One way in which companies demonstrate to their shareholders that they value ESG matters is through executive compensation. In order to understand the connection between ESG and executive incentives, Equilar performed an analysis of ESG compensation metrics disclosed by Fortune 100 companies over the last year.

Among the Fortune 100, 38 companies disclosed compensation metrics that were tied to ESG goals. Out of these companies, three referenced forward-looking practices only, while the rest applied to the past year. There were 53 metrics disclosed in total, most of which corresponded to annual incentive plans. Only one company incorporated an ESG metric into their long-term incentive plan. While it’s clear that ESG is on the mind of compensation committees, the category of ESG is rather broad in itself. The actual metrics companies are using vary widely. For the purpose of this study, Equilar broke down ESG metrics into seven categories: general ESG, human capital, safety, environmental, culture, diversity and other.


graph
Most commonly, companies tied compensation to goals related to culture and diversity. Collectively, these categories accounted for 37.8% of all ESG metrics disclosed. The decision to evaluate based on these topics is unsurprising, given the increased interest in diversity and corporate social responsibility. Additionally, senior leadership has a significant influence on company culture, so it makes sense that companies would incentivize their executives in relation to this. These metrics falling under the “social” umbrella of ESG are applicable across a wide spectrum of companies, while others are more industry-specific. Environmental and safety metrics, for instance, tend to show up most frequently in energy companies, where compensation is tied to emission goals or incident prevention. Companies must select metrics that are material to their business and essential for their long-term success.

However, the challenge lies in creating measurable goals to which companies can link executive compensation. The goals should also correspond to areas of executive impact. Some companies will disclose that they incorporate ESG metrics into their incentive plans but not give much detail. The majority of these metrics, while taken into consideration for executive payouts, are not quantified. Often the achievement of these goals (which are frequently vague) is a matter of discretion, rather than calculation. Others give more detailed descriptions of the specific goals and how they measure performance in relation to them. Below is an in-depth example of a culture disclosure from Cardinal Health, Inc. This disclosure is unique in that it includes metrics for both Cardinal Health’s annual cash incentive and 2020 PSU grants from its long-term incentive plan.

Cardinal Health, Inc. (CAH)

DEF 14A filed 9/23/2020

The completion of a training course, such as unconscious bias training, showed up in several disclosures. Surveys were also fairly popular methods of determining levels of achievement for goals related to culture and human capital. While disclosures such as this one are not the norm, the trend toward detailed, quantitative measurement is gaining traction.

Aside from descriptions of their goals, some companies disclosed the specific weightings or payout percentages of these ESG metrics. Walgreens Boots Alliance, Inc., for example, is introducing a new diversity component to its 2021 annual incentive program in order to “reinforce its commitment to diversity goals throughout the Company with goals designed to support driving tangible results in this critical area.” Although these diversity goals were not disclosed in the proxy statement, the metric weighting and payout structure was:

Walgreen’s Boots Alliance, Inc. (WBA)

DEF 14A filed 12/8/2020

Establishing clear guidelines for measuring and rewarding performance is crucial when employing ESG metrics in executive compensation plans. This ensures that executives are held responsible for matters related to culture, diversity, human capital, the environment and safety and that they view these matters as essential to the business. Furthermore, disclosing this information enables greater transparency with shareholders. As the 2021 proxy season ramps up, expect to see more disclosures overall, and also more quantitative disclosures, especially ones relating to culture and diversity.

Methodology: For the purpose of this study, Equilar examined the most recent proxy statements of Fortune 100 companies as of February 1, 2020. The study only includes public companies, of which there were 94 total.