Ratio de la rémunération du PCD en relation avec le salaire moyen des employés ! En rappel


Le sujet de la divulgation du ratio PCD – employés fait de plus en plus les manchettes de la gouvernance aux É.U.

En général, la direction des entreprises est contre cette divulgation obligatoire mais l’organisme règlementaire américain SEC (Securities and Exchange Commission) veut aller de l’avant et mettre en œuvre l’une des provisions du Dodd Frank Act qui requiert que les entreprises divulguent le ratio de la rémunération du PCD en relation avec le salaire moyen des employés.

Steve Crawford professeur de comptabilité et taxation de l’Université de Houston et Karen Nelson et Brian Rountree, tous deux du département de comptabilité de l’Université Rice, ont conçu une étude qui cherche à répondre à la question suivante : La divulgation des ratios aura-t-elle un impact sur le comportement des investisseurs ?

À partir d’une méthodologie astucieuse, les auteurs montrent qu’il y a plus de dissidences de votes pour les ratios les plus hauts, mais aussi pour les plus bas ! Les résultats de cette recherche sont publiés dans Harvard Law School Forum on Corporate Governance.

Je vous invite à lire les arguments des auteurs dont les conclusions se résument à ceci :

… it appears that the pay ratio provides significant information concerning shareholder voting behavior, but only limited information about actual economic outcomes.

The CEO-Employee Pay Ratio

 

Will knowing how much the CEO makes relative to rank and file employees provide information to investors? We may soon find out as a result of a provision in the Dodd Frank Act that requires companies to report the ratio of the CEO’s compensation to that of the median employee.

A Collinesnumber of different sources have developed industry-based estimates of the ratio using information about CEO pay from corporate disclosures and employee pay from the government’s Bureau of Labor Statistics. For instance, an article in Bloomberg BusinessWeek on May 2, 2013 found the ratio of CEO pay to the typical worker rose from about 20-to-1 in the 1950s to 120-to-1 in 2000, with the ratio reaching nearly 500-to-1 for the top 100 companies.

In our The CEO-Pay Ratio, which was recently made publicly available on SSRN, we take advantage of unique reporting rules for the banking sector, which requires disclosures concerning compensation to all employees, as well as the CEO. With this data, we calculate the ratio of CEO compensation to that of the average employee. Over the years 1995-2012, the ratio is relatively stable with an average of 16.58-to-1. In fact, it is only in the highest decile of CEO pay where we find ratios rising to the levels popularized in the financial press and policy debate. Thus, for the vast majority of corporations in the banking sector we find ratios that are well within the bounds espoused by management experts such as Peter Drucker.

A more important question is whether disclosure of the ratios will influence investor behavior. To provide some evidence on this issue, we investigate whether the ratios we calculate for the banking sector systematically relate to the way investors vote on Say on Pay (SOP) proposals. The Dodd-Frank Act also mandates that all corporations administer a non-binding shareholder vote on the compensation of executives reported in the firms’ annual proxy statements. This portion of the law is currently in effect, providing us with three years of data on the preferences of shareholders as revealed through their voting behavior. We find that voting dissent is greatest at both the lowest and highest levels of the ratio, consistent with information on pay disparity influencing voting behavior. Increased voting dissent at the highest levels of the ratio aligns with arguments that disclosure of the ratio may serve as a catalyst to reign in what investors believe to be excessive CEO compensation. However, it is interesting to note that dissent is also high for banks with the lowest levels of the pay ratio, which could be consistent with the view that some level of pay disparity is necessary to provide appropriate incentives for effort within organizations.

We further examine whether the ratios are predictive of future firm performance and risk to see if investors voting behavior is consistent with underlying firm outcomes. Our findings reveal a similar non-linear relationship where the highest and lowest pay ratios result in the lowest (highest) performance (risk). The economic magnitudes of these effects, however, are relatively small. Thus in the end, it appears that the pay ratio provides significant information concerning shareholder voting behavior, but only limited information about actual economic outcomes.

Overall, the results in our study help to inform the ongoing policy debate on the magnitude and consequences of pay disparity in public corporations. If the Securities and Exchange Commission issues its final pay ratio disclosure rule in 2015, investors may soon have this information to inform their voting decisions for a broad range of firms.

The full paper is available for download here.

Auteur : Gouvernance des entreprises | Jacques Grisé

Ce blogue fait l’inventaire des documents les plus pertinents et récents en gouvernance des entreprises. La sélection des billets, « posts », est le résultat d’une veille assidue des articles de revue, des blogues et sites web dans le domaine de la gouvernance, des publications scientifiques et professionnelles, des études et autres rapports portant sur la gouvernance des sociétés, au Canada et dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Europe, et en Australie. Chaque jour, je fais un choix parmi l’ensemble des publications récentes et pertinentes et je commente brièvement la publication. L’objectif de ce blogue est d’être la référence en matière de documentation en gouvernance dans le monde francophone, en fournissant au lecteur une mine de renseignements récents (les billets quotidiens) ainsi qu’un outil de recherche simple et facile à utiliser pour répertorier les publications en fonction des catégories les plus pertinentes. Jacques Grisé est professeur titulaire retraité (associé) du département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il est détenteur d’un Ph.D. de la Ivy Business School (University of Western Ontario), d’une Licence spécialisée en administration des entreprises (Université de Louvain en Belgique) et d’un B.Sc.Comm. (HEC, Montréal). En 1993, il a effectué des études post-doctorales à l’University of South Carolina, Columbia, S.C. dans le cadre du Faculty Development in International Business Program. Il a été directeur des programmes de formation en gouvernance du Collège des administrateurs de sociétés (CAS) de 2006 à 2012. Il est maintenant collaborateur spécial au CAS. Il a été président de l’ordre des administrateurs agréés du Québec de 2015 à 2017. Jacques Grisé a été activement impliqué dans diverses organisations et a été membre de plusieurs comités et conseils d'administration reliés à ses fonctions : Professeur de management de l'Université Laval (depuis 1968), Directeur du département de management (13 ans), Directeur d'ensemble des programmes de premier cycle en administration (6 ans), Maire de la Municipalité de Ste-Pétronille, I.O. (1993-2009), Préfet adjoint de la MRC l’Île d’Orléans (1996-2009). Il est présentement impliqué dans les organismes suivants : membre de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ), membre du Comité des Prix et Distinctions de l'Université Laval. Il préside les organisations suivantes : Société Musique de chambre à Ste-Pétronille Inc. (depuis 1989), Groupe Sommet Inc. (depuis 1986), Coopérative de solidarité de Services à domicile Orléans (depuis 2019) Jacques Grisé possède également une expérience de 3 ans en gestion internationale, ayant agi comme directeur de projet en Algérie et aux Philippines de 1977-1980 (dans le cadre d'un congé sans solde de l'Université Laval). Il est le Lauréat 2007 du Prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) et Fellow Adm.A. En 2012, il reçoit la distinction Hommage aux Bâtisseurs du CAS. En 2019, il reçoit la médaille de l’assemblée nationale. Spécialités : Le professeur Grisé est l'auteur d’une soixantaine d’articles à caractère scientifique ou professionnel. Ses intérêts de recherche touchent principalement la gouvernance des sociétés, les comportements dans les organisations, la gestion des ressources humaines, les stratégies de changement organisationnel, le processus de consultation, le design organisationnel, la gestion de programmes de formation, notamment ceux destinés à des hauts dirigeants et à des membres de conseil d'administration.

Qu'en pensez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.