Les CA sont composés de plusieurs comités qui, ensemble, accomplissent l’essentiel des devoirs de fiduciaire


Il est maintenant bien établi que les conseils d’administration comptent au moins trois comités composés de membres du conseil qui se rapportent au CA : le comité d’audit, le comité des ressources humaines et le comité de gouvernance.

Les comités sont, en général, formés d’environ trois membres du conseil ; ils sont présidés par un administrateur et ils se réunissent aussi souvent que le CA lui-même.

Il est évident qu’une grande partie du travail des administrateurs du conseil se fait par l’intermédiaire des comités mis en place par le CA.

L’article ci-dessous, publié par Steve W. Klemash*, Kellie C. et Jamie Smith, provient d’une publication du Centre de la gouvernance EY. Les auteurs présentent les résultats d’une enquête sur les autres comités mis en place par les CA des entreprises du S&P 500, en sus des trois comités statutaires.

Les résultats sont  présentés succinctement dans le document qui suit. Ainsi, il ressort que :

(1) la plupart des autres comités sont les comités exécutifs et les comités des finances

(2) la nature du secteur industriel a une grande importance sur le type de comité additionnel mis en place

(3) les comités sur la gestion des risques et la technologie sont aussi présents dans environ 10 % des cas

(4) la plupart des nouveaux comités sont en lien avec la veille de la cybersécurité, la transformation numérique et les technologies de l’information.

Je vous invite à prendre connaissance des détails dans le résumé ci-dessous.

Bonne lecture !

 

A Fresh Look at Board Committees

 

Résultats de recherche d'images pour « A Fresh Look at Board Committees »

 

 

In this age of innovation and transformation, today’s board members face increasingly complex challenges in overseeing corporate culture, strategy and risk oversight.

The digital revolution has facilitated radical changes in business models and made cybersecurity a strategic business imperative. Intangible assets have become a primary driver of long-term value, making the talent agenda mission-critical. Companies are adapting to changes in the labor market, digitization and automation, and a growing spotlight on corporate values and purpose. And all of this is occurring against a backdrop of rising geopolitical tensions and trade policy challenges.

We have tracked board structures since 2013, examining how S&P 500 companies are using board committee structure to address oversight needs. This post is based on a review of the 418 proxy statements filed as of 15 May 2018. The same set of companies in 2018 and 2013 were examined to provide consistency in the review.

 

Findings

 

Amid sustained and unprecedented change, board committee structures stayed largely the same over the past six years. Across all industries, boards primarily rely on the three “key” committees generally required by the stock exchanges—audit, compensation, and nominating and governance. [1] Bank holding companies (BHCs) of a certain size, whether public or privately held, are required to also have separate risk committees—a “fourth key committee” so to speak. [2] Above and beyond these committees, institutions typically have one additional standing board committee (“additional committee”) (usually an executive or finance committee). During 2013-18, the portion of companies with at least one additional committee grew marginally from 74% to 76%, and the average number of additional committees remained largely consistent.

The most common committees remained the same. More than one-third of S&P 500 companies had an executive or finance committee. Use of executive committees declined slightly from 38% to 36%, while finance committees held steady at around 36%. Other committees were much less common.

Industry matters. Financial, telecommunications and utilities companies average two or more additional committees. Health care, consumer staples, industrials, consumer discretionary and materials average one to two. Energy, real estate and technology companies average less than one.

Few additional committees focus on emerging risk and innovation. Compliance, risk and technology committees grew marginally. In 2018, the overall percentage of S&P 500 companies with these committees remained low at 16%, 11% and 7%, respectively. Other types of committees largely held steady or declined.

A variety of additional committees oversee technology matters. Ten percent of companies assigned oversight of cybersecurity, digital transformation and information technology to an additional committee. These were typically technology, risk or compliance committees.

 

Our perspective

 

Today’s boards are navigating a sustained, highly disruptive and competitive environment. Board agendas have become increasingly packed with complex and evolving oversight topics, and key committee responsibilities have stretched beyond their core purview. Challenging the committee structure as part of the board assessment process may help the board determine the most effective oversight approach based on the company’s unique circumstances.

The ideal board committee structure is appropriate for the company’s specific needs and the board’s unique culture, is forward-looking, and supports the board’s ability to think strategically and comprehensively about key elements of the company business.

 

A closer look at the big banks

 

Large BHCs are unusual in that they are required to have a board- level risk committee. For these firms, other common additional committees included:

Questions for the board to consider

 

Is the board’s committee structure appropriate to forward-looking board priorities and company specific needs?

Is the board size and composition adaptable to changing committee responsibilities as needed based on the company’s evolving oversight needs?

Is the board familiar with how peer companies are addressing board oversight responsibilities?

Do assessments of board effectiveness reveal possible pressure points that might be resolved with changes in committee structure?

As committees assess their own effectiveness and performance, is their capacity, workload and areas of expertise part of that assessment?

As new directors join the board and bring new areas of expertise, does the board consider whether the current committee structure fully leverages those new director skills?

___________________________________________________

Endnotes

1Subject to certain exemptions, companies listed on the NYSE or NASDAQ must have independent audit, compensation and nominating/corporate governance committees. As an alternative to a nominating/corporate governance committee, director nominees may be selected by a majority of the independent directors for NASDAQ-listed companies.(go back)

2The Federal Reserve’s Enhanced Prudential Standards require separate risk committees for large publicly held US bank holding companies with total consolidated assets of \$10 billion or more.(go back)

________________________________________________________________

*Steve W. Klemash is Americas Leader, Kellie C. Huennekens is Associate Director, and Jamie Smith is Associate Director, at the EY Center for Board Matters. This post is based on their EY publication.

Auteur : Gouvernance des entreprises | Jacques Grisé

Ce blogue fait l’inventaire des documents les plus pertinents et récents en gouvernance des entreprises. La sélection des billets, « posts », est le résultat d’une veille assidue des articles de revue, des blogues et sites web dans le domaine de la gouvernance, des publications scientifiques et professionnelles, des études et autres rapports portant sur la gouvernance des sociétés, au Canada et dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Europe, et en Australie. Chaque jour, je fais un choix parmi l’ensemble des publications récentes et pertinentes et je commente brièvement la publication. L’objectif de ce blogue est d’être la référence en matière de documentation en gouvernance dans le monde francophone, en fournissant au lecteur une mine de renseignements récents (les billets quotidiens) ainsi qu’un outil de recherche simple et facile à utiliser pour répertorier les publications en fonction des catégories les plus pertinentes. Jacques Grisé est professeur titulaire retraité (associé) du département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il est détenteur d’un Ph.D. de la Ivy Business School (University of Western Ontario), d’une Licence spécialisée en administration des entreprises (Université de Louvain en Belgique) et d’un B.Sc.Comm. (HEC, Montréal). En 1993, il a effectué des études post-doctorales à l’University of South Carolina, Columbia, S.C. dans le cadre du Faculty Development in International Business Program. Il a été directeur des programmes de formation en gouvernance du Collège des administrateurs de sociétés (CAS) de 2006 à 2012. Il est maintenant collaborateur spécial au CAS. Il a été président de l’ordre des administrateurs agréés du Québec de 2015 à 2017. Jacques Grisé a été activement impliqué dans diverses organisations et a été membre de plusieurs comités et conseils d'administration reliés à ses fonctions : Professeur de management de l'Université Laval (depuis 1968), Directeur du département de management (13 ans), Directeur d'ensemble des programmes de premier cycle en administration (6 ans), Maire de la Municipalité de Ste-Pétronille, I.O. (1993-2009), Préfet adjoint de la MRC l’Île d’Orléans (1996-2009). Il est présentement impliqué dans les organismes suivants : membre de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ), membre du Comité des Prix et Distinctions de l'Université Laval. Il préside les organisations suivantes : Société Musique de chambre à Ste-Pétronille Inc. (depuis 1989), Groupe Sommet Inc. (depuis 1986), Coopérative de solidarité de Services à domicile Orléans (depuis 2019) Jacques Grisé possède également une expérience de 3 ans en gestion internationale, ayant agi comme directeur de projet en Algérie et aux Philippines de 1977-1980 (dans le cadre d'un congé sans solde de l'Université Laval). Il est le Lauréat 2007 du Prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) et Fellow Adm.A. En 2012, il reçoit la distinction Hommage aux Bâtisseurs du CAS. En 2019, il reçoit la médaille de l’assemblée nationale. Spécialités : Le professeur Grisé est l'auteur d’une soixantaine d’articles à caractère scientifique ou professionnel. Ses intérêts de recherche touchent principalement la gouvernance des sociétés, les comportements dans les organisations, la gestion des ressources humaines, les stratégies de changement organisationnel, le processus de consultation, le design organisationnel, la gestion de programmes de formation, notamment ceux destinés à des hauts dirigeants et à des membres de conseil d'administration.

Qu'en pensez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.