Le fait de siéger à des CA externes augmente-t-il les chances de promotion d’un haut dirigeant dans son entreprise ?


Voici un article très intéressant, récemment publié dans Harvard Business Review par Steven Boivie, Scott D. Graffin, Abbie Oliver et Michael C. Withers, qui montre, de façon convaincante, que, pour un haut dirigeant, le fait de siéger à un CA externe augmente ses chances de promotion dans son entreprise.

Lorsque l’on sait que le travail des administrateurs des entreprises publiques (cotées) est de plus en plus exigeant, l’on peut se demander pourquoi un PDG (CEO) accepte de siéger à un conseil d’administration d’une autre entreprise !

Les auteurs de l’étude ont trouvé des réponses à cette question. Les hauts dirigeants des entreprises de la S&P 1500 qui siègent à d’autres CA augmentent de 44 % leurs chances d’accéder à un poste de CEO dans une entreprise de la S&P 1500, comparativement à leurs collègues qui ne siègent pas à d’autres CA. Et, même s’ils n’ont pas de promotion, la recherche montre que leur rémunération s’accroît de 13 %.

So what do these findings mean for today’s boards of directors and aspiring CEOs? The evidence shows that board appointments increase an executive’s visibility and give him/her access to unique contacts and learning opportunities. Further, these opportunities translate into tangible economic benefits, specifically promotions and raises, which help explain why a sane person would choose to sit on a board.

La recherche d’administrateurs avec un profil de CEO ou de haut dirigeant est de plus en plus fréquente et les firmes de recrutement considèrent que l’obtention de promotions est un signe de leadership notable.

Photo1-petit-poisson

L’étude conclut que, contrairement à la croyance populaire, le fait de siéger à des conseils constitue un atout pour un haut dirigeant, un moyen susceptible d’accroître ses opportunités de carrière.

Il semble bien que le haut dirigeant considère qu’il y a un avantage personnel réel à exercer la fonction d’administrateur dans une autre entreprise. Mais, le CA de l’entreprise sur lequel il siège en retire-t-il un avantage aussi appréciable ?

Ultimately board service is a key professional development tool in grooming potential CEOs that executives and boards alike are beginning to recognize and value.

Je vous invite à lire ce court article du HBR.

Bonne lecture !

Serving on Boards Helps Executives Get Promoted

 

More than 25 years ago, William Sahlman wrote the HBR article “Why Sane People Shouldn’t Serve on Public Boards,” in which he compared serving on a board to driving without a seatbelt, that it was just too risky—to their time, reputations, and finances—for too little reward.

Board service has always been very demanding. When Warren Buffett retired from Coca-Cola’s board in 2006, he said he no longer had the time necessary. When you consider all of the retreats, travel, reading, meeting prep time, transactions, and committee meetings involved, it is a wonder anyone serves at all.

So why would a busy executive agree to sit on a board? Why is there is a cottage industry of executive search firms focusing on “reverse board searches,” where they proactively work to place executives on outside corporate boards? What do executives gain from serving on boards?

This question was at the heart of a recent study we conducted that is forthcoming at the Academy of Management Journal. In an effort to explore executives’ motivations for serving on boards, we looked at how board service is evaluated in the executive labor market. Specifically we studied whether or not board service increased an executive’s likelihood of receiving a promotion, becoming a CEO, and/or receiving a pay increase.

We hypothesized that being a board director would help an executive in two main ways: First, sitting on a board serves as an important signal or “seal of approval,” for an executive. It means that other people think this executive has potential and value as a result of being selected to serve on a board. Second, board service is an avenue for an executive to gain access to unique knowledge, skills, and connections, so firms actively use external board appointments as a way to groom and develop executives. As Mary Cranston, former CEO and Chairman of Pillsbury, LLP said in an interview, “Being on that board really helped me develop as a CEO because I had another CEO to watch. It was an incredible leadership school for me. On a board you’re together a lot, and you’re working on problems together and you have a shared fiduciary duty, so it creates very tight bonds of friendship.” Similarly, Sempra CEO Debra L. Reed has also said that sitting on the board of another company is “better than an M.B.A.


*Steven Boivie is an associate professor in the Mays Business School at Texas A&M University, Scott D. Graffin is an associate professor at the University of Georgia’s Terry College of Business and also an International Research Fellow at Oxford University’s Centre for Corporate Reputation, Abbie G. Oliver is a doctoral candidate in strategic management at the University of Georgia’s Terry College of Business, Michael C. Withers is an assistant professor of management in the Mays Business School at Texas A&M University.

Auteur : Gouvernance des entreprises | Jacques Grisé

Ce blogue fait l’inventaire des documents les plus pertinents et récents en gouvernance des entreprises. La sélection des billets, « posts », est le résultat d’une veille assidue des articles de revue, des blogues et sites web dans le domaine de la gouvernance, des publications scientifiques et professionnelles, des études et autres rapports portant sur la gouvernance des sociétés, au Canada et dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Europe, et en Australie. Chaque jour, je fais un choix parmi l’ensemble des publications récentes et pertinentes et je commente brièvement la publication. L’objectif de ce blogue est d’être la référence en matière de documentation en gouvernance dans le monde francophone, en fournissant au lecteur une mine de renseignements récents (les billets quotidiens) ainsi qu’un outil de recherche simple et facile à utiliser pour répertorier les publications en fonction des catégories les plus pertinentes. Jacques Grisé est professeur titulaire retraité (associé) du département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il est détenteur d’un Ph.D. de la Ivy Business School (University of Western Ontario), d’une Licence spécialisée en administration des entreprises (Université de Louvain en Belgique) et d’un B.Sc.Comm. (HEC, Montréal). En 1993, il a effectué des études post-doctorales à l’University of South Carolina, Columbia, S.C. dans le cadre du Faculty Development in International Business Program. Il a été directeur des programmes de formation en gouvernance du Collège des administrateurs de sociétés (CAS) de 2006 à 2012. Il est maintenant collaborateur spécial au CAS. Il a été président de l’ordre des administrateurs agréés du Québec de 2015 à 2017. Jacques Grisé a été activement impliqué dans diverses organisations et a été membre de plusieurs comités et conseils d'administration reliés à ses fonctions : Professeur de management de l'Université Laval (depuis 1968), Directeur du département de management (13 ans), Directeur d'ensemble des programmes de premier cycle en administration (6 ans), Maire de la Municipalité de Ste-Pétronille, I.O. (1993-2009), Préfet adjoint de la MRC l’Île d’Orléans (1996-2009). Il est présentement impliqué dans les organismes suivants : membre de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ), membre du Comité des Prix et Distinctions de l'Université Laval. Il préside les organisations suivantes : Société Musique de chambre à Ste-Pétronille Inc. (depuis 1989), Groupe Sommet Inc. (depuis 1986), Coopérative de solidarité de Services à domicile Orléans (depuis 2019) Jacques Grisé possède également une expérience de 3 ans en gestion internationale, ayant agi comme directeur de projet en Algérie et aux Philippines de 1977-1980 (dans le cadre d'un congé sans solde de l'Université Laval). Il est le Lauréat 2007 du Prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) et Fellow Adm.A. En 2012, il reçoit la distinction Hommage aux Bâtisseurs du CAS. En 2019, il reçoit la médaille de l’assemblée nationale. Spécialités : Le professeur Grisé est l'auteur d’une soixantaine d’articles à caractère scientifique ou professionnel. Ses intérêts de recherche touchent principalement la gouvernance des sociétés, les comportements dans les organisations, la gestion des ressources humaines, les stratégies de changement organisationnel, le processus de consultation, le design organisationnel, la gestion de programmes de formation, notamment ceux destinés à des hauts dirigeants et à des membres de conseil d'administration.

Une réflexion sur “Le fait de siéger à des CA externes augmente-t-il les chances de promotion d’un haut dirigeant dans son entreprise ?”

Qu'en pensez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.