Skip to content

La lettre de BlackRock plaide pour une prise en compte des facteurs de risque environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG)

6 février 2018

Aujourd’hui, je fais une première expérience de publication d’un billet en gouvernance parue sur le site du Harvard Law School Forum on Corporate Governance, le 6 février 2018.

En effet, j’édite la traduction en français d’un article publié par Abe M. Friedman*, CEO de la firme CamberView. Cette publication constitue, à mon avis, un moment décisif dans la conception de la gouvernance telle que vue par un investisseur avisé.

Comme plusieurs lecteurs sont particulièrement intéressés par les contenus en français, j’ai utilisé l’outil de traduction de Google pour faire ressortir les implications de la lettre annuelle aux PDG de Larry Fink, PDG de BlackRock.

Vous comprendrez que la traduction est perfectible, mais je crois qu’elle est compréhensible avec un minimum d’édition.

Je vous invite également à lire la dernière mise à jour des recommandations de BlackRock en vue des votes aux assemblées annuelles : Updated BlackRock Proxy Voting Guidelines

Bonne lecture !

 

Résultats de recherche d'images pour « blackrock »

 

Le mardi 16 janvier, Larry Fink, PDG de BlackRock, a publié sa lettre annuelle aux PDG décrivant une vision audacieuse liant la prospérité des entreprises à leur capacité à fournir de solides performances financières tout en contribuant positivement à la société. Intitulée « A Sense of Purpose », cette lettre souligne l’approche de plus en plus active de BlackRock en matière d’engagement actionnarial ; elle constitue son opinion selon laquelle les conseils d’administration jouent un rôle central dans la direction stratégique à long terme des sociétés ainsi que dans la prise en compte des facteurs de risque environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG) et de création de valeur à long terme.

La lettre est un autre signal d’un changement fondamental dans la pensée des gestionnaires d’actifs traditionnels sur des sujets que certains ont toujours considérés comme non économiques. Alors que la pression monte sur les grands gestionnaires d’actifs sur la façon dont ils « supervisent » les « portefeuilles » de leurs entreprises, ces questions sociales et environnementales sont de plus en plus considérées comme essentielles à la création de valeur et à la durabilité à long terme. La position d’avant-garde sur la responsabilité d’entreprise prise dans la lettre est un indicateur de la manière dont les attentes changeantes des propriétaires d’actifs sont intégrées dans le comportement des gestionnaires d’actifs. Pour les entreprises, ce changement a créé un nouvel ensemble d’attentes, et le potentiel d’un examen plus approfondi de la part des investisseurs qui pourraient continuer à croître dans les années à venir.

 

Thèmes clés — ESG, engagement des actionnaires, administrateurs et activisme

 

La lettre de cette année réitère un certain nombre de thèmes tirés des communications des années précédentes et explique comment BlackRock s’attend à ce que les sociétés améliorent la valeur à long terme pour les actionnaires.

 

ESG et importance de la diversité du conseil d’administration dans la création de valeur à long terme

 

La lettre de Fink souligne la conviction de BlackRock que la gestion des questions ESG est essentielle à une croissance durable. De l’avis de BlackRock, exercer la surveillance de ces défis ainsi que d’autres défis émergents à la création de valeur à long terme relève de la compétence du conseil, qui, selon M. Fink, devrait inclure une diversité de genres, d’ethnies, d’expériences et de façons de penser. Les entreprises devraient s’attendre à ce que BlackRock (et, avec le temps, d’autres grands investisseurs institutionnels) investisse plus de temps pour comprendre la gestion des risques des entreprises liée à leur impact plus large sur les communautés, la société et l’environnement. Cela signifie probablement un soutien croissant aux propositions d’actionnaires sur ces sujets et une pression accrue sur les conseils pour qu’ils démontrent qu’ils s’adressent sérieusement à ces questions.

 

Engagement des actionnaires

 

Citant le besoin d’être des « agents actifs et engagés pour le compte des clients investis avec BlackRock », la lettre appelle à un nouveau modèle d’engagement des actionnaires qui comprend des communications pendant toute l’année sur les moyens d’améliorer la valeur à long terme. Alors que M. Fink note que BlackRock a engagé des ressources importantes pour améliorer ses propres efforts d’intendance des investissements au cours des dernières années, il écrit que « la croissance de l’indexation exige que nous prenions maintenant cette fonction à un nouveau niveau. » BlackRock a l’intention de doubler la taille de ses équipes de supervision.

 

Le rôle du conseil dans la communication et la supervision de la stratégie d’entreprise pour la croissance à long terme

 

Revenant sur un thème commun des communications précédentes, la lettre de cette année souligne l’importance du conseil pour aider les entreprises à définir un cadre stratégique pour la création de valeur à long terme. Bien que le nombre moyen d’heures consacrées par les membres du conseil à leur rôle ait augmenté au cours des dernières années, M. Fink continue d’élever la barre, soulignant que les administrateurs, dont les compétences et l’expérience proviennent uniquement de réunions sporadiques, ne remplissent pas leur devoir envers les actionnaires. La lettre de cette année contient une liste de questions que les sociétés (c.-à-d. les conseils d’administration et la direction) devraient poser pour s’assurer qu’elles sont en mesure de maintenir leur rendement à long terme. Ces questions comprennent explicitement l’impact sociétal des entreprises et les importants changements structurels (tels que les conditions économiques, l’automation et les changements climatiques) qui influencent le potentiel de croissance.

 

S’engager sur l’activisme

 

Fink écrit qu’une « raison centrale de la montée de l’activisme — et des luttes intempestives par procuration — est que les entreprises n’ont pas été assez explicites sur leurs stratégies à long terme. » Il souligne, à titre d’exemple, la réforme fiscale récemment adoptée et son potentiel d’augmentation des flux de trésorerie après impôt, comme un moyen pour les activistes de cibler les entreprises qui ne communiquent pas efficacement leur stratégie à long terme. M. Fink encourage les entreprises à s’engager avec les investisseurs et autres parties prenantes au début du processus lorsque ceux-ci offrent « des idées précieuses — plus souvent que certains détracteurs ne le suggèrent », une observation cohérente avec le soutien sélectif de BlackRock aux activistes dans les luttes par procuration.

 

Recommandations aux émetteurs

 

Cette lettre représente une évolution significative de l’opinion publique de BlackRock sur la responsabilité des entreprises et des conseils d’administration de gérer activement les impacts sociétaux de leurs activités au bénéfice de toutes les parties prenantes. M. Fink affirme que l’objectif des propriétaires d’actifs est non seulement d’améliorer leurs rendements d’investissement, mais aussi de voir le secteur privé relever les défis sociaux qui assureront la « prospérité et la sécurité » de leurs concitoyens.

BlackRock n’est pas le seul à faire ce changement philosophique. Les derniers mois ont fourni des exemples de la façon dont cette nouvelle dynamique façonne les décisions de vote et d’investissement. L’été dernier, des résolutions sur la divulgation des risques climatiques ont été adoptées pour la première fois dans de grandes entreprises énergétiques. En novembre, State Street Global Advisors a révélé qu’elle avait voté contre les administrateurs de 400 entreprises qui, selon elle, n’avaient pas fait d’efforts pour accroître la diversité au sein du conseil. Plus tôt ce mois-ci, JANA Partners et CalSTRS se sont associés pour mener une campagne d’activisme sur la question de savoir si Apple permet aux parents de protéger leurs enfants en utilisant la technologie et JANA a également créé un fonds pour cibler d’autres entreprises.

Afin de répondre aux questions soulevées dans la lettre de M. Fink, les sociétés ouvertes devraient envisager :

Construire une pratique de l’engagement continu tout au long de l’année sur la gouvernance et la durabilité avec leurs meilleurs investisseurs afin de rester en contrôle de l’activisme et d’être au-devant des investisseurs face à un défi.

Expliquer le processus du conseil dans le développement de la stratégie à long terme, dans le rôle de supervision de l’entreprise ainsi que dans les discussions avec les investisseurs.

Présenter les investisseurs à une variété de membres de l’équipe de direction et, à l’occasion, à un ou plusieurs membres du conseil d’administration pour établir des relations et faire confiance, au fil du temps, à tous les dirigeants de l’entreprise.

Décrire comment les administrateurs cultivent la connaissance de l’entreprise en dehors des réunions formelles du conseil d’administration, afin de remplir leur mandat de protection des intérêts à long terme des investisseurs.


*Abe M. Friedman est Chief Executive Officer de CamberView Partners, LLC. Ce billet est basé sur une publication de CamberView par M. Friedman, Krystal Gaboury BerriniChristopher A. Wightman, et Rob Zivnuska. La recherche connexe du Programme sur la gouvernance d’entreprise inclut des résolutions sur la responsabilité sociale  par Scott Hirst (discutées sur le forum  ici).

Advertisements
Laisser un commentaire

Qu'en pensez-vous ?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :